Succès de la COP 21 [is]

JPEG

Les participants islandais à la conférence de Paris ont été unanimes à saluer tant le succès de la conférence que le rôle de la présidence française dans l’obtention d’un accord ambitieux, visant à contenir la hausse des températures bien en deçà de 2 degrés et à atteindre une « neutralité » des émissions au milieu du siècle.

L’Islande, très bien représentée à Paris, a su tenir son rôle de référence pour les énergies renouvelables. Le Président de la République islandaise a ainsi lancé, aux côtés de Ségolène Royal, Ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, la « Global Geothermal Alliance », réunissant les principaux pays producteurs et utilisateurs de l’énergie géothermique. Le Gouvernement, mais aussi les acteurs « non étatiques », ont su donner de la visibilité aux performances de l’Islande dans le recours aux énergies vertes, mais aussi aux engagements concrets pris par les municipalités, au premier rang desquelles Reykjavik, les universités, les entreprises…

JPEG

Il reste maintenant à l’Islande, comme aux 194 autres participants, à mettre en œuvre les termes de l’accord : signature et ratification rapide ; mise en œuvre du programme de réduction de gaz à effet de serre (PM : l’Islande s’est associée à l’engagement européen de réduction de 40% à l’horizon 2030, ce qui suppose évidemment des efforts substantiels) , et amélioration régulière de ces contributions nationales ; contribution au financement de 100Mrds $, objectif qu’il est déjà prévu de revoir à la hausse.

Il faudra également maintenir l’élan que la COP 21 avait donné aux entreprises, investisseurs, municipalités, régions, associations… qui s’étaient mobilisés de manière spectaculaire avant et pendant la conférence de Paris et dont beaucoup avaient signé « l’appel de Paris » formalisant leur engagement vers une économie décarbonnée.

La France, dont la présidence a commencé à l’occasion de la conférence de Paris, aura pour responsabilité de veiller à la mise en œuvre de ces engagements avant de passer le relais, fin 2016, à la future présidence marocaine, déjà associée à nos travaux.

Dernière modification : 08/03/2016

Haut de page