Retour sur le FFF 2018 : 10 jours pour 10 films ! [is]

La 19ème édition du Festival du film français (FFF) s’est tenue à Reykjavik du 26 janvier au 4 février.

Deux éditions ont également eu lieu à Akureyri, du 27 au 31 janvier, et, pour la toute première fois, à Isafjördur, du 16 au 18 février.

10 films ont été présentés : « Le sens de la fête », comme film d’ouverture, « Happy end », « Réparer les vivants », « Victoria », « Les chevaliers blancs », « Dans la forêt », « Relève, histoire d’une création », « Polina, danser sa vie » et « Iqaluit » (film canadien proposé par l’Ambassade du Canada en Islande).
Vous avez également pu découvrir le film de promotion du français « Un pour tous, allir fyrir einn » [https://www.youtube.com/watch?v=pVuYeKMHKsU] réalisé par Kvikmyndaskoli, l’Ecole du cinéma en Islande. L’Ambassade de France et l’Alliance française de Reykjavik tiennent à remercier les participants à ce projet, autant les francophones et francophiles qui nous ont fait l’amitié de partager leur vision du français que tous les étudiants et professeurs mobilisés sur le projet !

Cette nouvelle édition du FFF a été un véritable succès grâce à une programmation saluée par la critique et à la collaboration avec nos partenaires, Haskolabio, Borgarbio, Isafjardarbio, l’Alliance française ou encore le Département de français de l’Université d’Islande. Une mention spéciale également à l’Ambassade du Canada, qui a permis la venue de l’acteur Natar Ungalaaq, personnage charismatique d’ « Iqaluit » et aux consuls honoraires d’Akureyri et d’Isafjödur, sans lesquels il serait impossible d’ouvrir cette programmation à l’extérieur de Reykjavik !
Ce succès s’est concrétisé dans la fréquentation du FFF, en large augmentation, ce qui vient notamment appuyer le nouveau format qui vous était proposé avec l’organisation de divers événements tout au long de ces 10 jours. Nous tenons particulièrement à remercier Sigurlaug Margrét Jónasdóttir, journaliste, Kjartan Birgisson, receveur d’organe, Runólfur Pálsson, médecin, Silja Dögg Gunnarsdóttir, députée, Steinunn Rósa Einarsdóttir, mère d’un donneur d’organe, Vilhjálmur Árnason, philosophe ainsi que Erna Ómarsdóttir et Aðalheiður Halldórsdóttir d’Islenski dansflokkurinn. Grâce à leur implication, des débats et échanges sincères et passionnés ont eu lieu, sur des domaines très différents tels que le don d’organe ou bien la danse.

Enfin, la seconde édition du Prix Solveig Anspach, ouvert aux jeunes réalisatrices islandaises ou francophones, s’est également parfaitement déroulée, avec une sélection de courts métrages de grande qualité et la projection, lors de la cérémonie, du documentaire « Elle s’appelle Alice Guy », d’Emmanuelle Gaume, en présence de la réalisatrice. La troisième place du concours a été attribuée à Gabrielle Demers, pour son court métrage « Paupière mauve » (Canada), la deuxième place à Stéphanie Cadoret, pour « Mon homme (poulpe) » (France) et la première place à Yasmine Benabderrahmane pour « La Renardière » (France). Bravo à toutes les candidates, félicitations au trio gagnant et merci aux partenaires de ce Prix, la Mairie de Reykjavik, Haskolabio, l’Icelandic film center, ZikZak, Agat films Ex-nihilo !

C’est ainsi la tête remplie de beaux souvenirs que nous vous donnons rendez-vous l’année prochaine, pour la 20ème édition !

Dernière modification : 01/06/2018

Haut de page