COP21 : L’ambassadeur est optimiste pour un bon résultat à Paris [is]

PNG
« Je nourris l’espoir que cette conférence aboutisse à un succès pour le monde entier », déclare Philippe O’Quin, Ambassadeur de France en Islande, dans une interview au Morgunbladid au sujet de la conférence climatique de l’ONU - COP21 qui commence aujourd’hui à Paris.

Elle a été appelée la plus importante conférence internationale de l’histoire, parce qu’il est essentiel de traiter le problème que le réchauffement climatique constitue pour la planète.

L’optimisme de l’ambassadeur est fondé sur le fait que la majorité des pays participants ont annoncé à l’avance leurs engagements, à mettre à exécution lorsque le Protocole de Kyoto expirera en 2020. Certaines contributions sont cependant encore en attente. L’objectif est de limiter la hausse de la température en dessous de 2 °C, sachant que, si on ne fait rien, la température sera d’environ 5 °C plus élevée qu’à l’ère préindustrielle. Parmi les objectifs figure la fourniture aux pays pauvres d’un appui financier pour les aider à réduire la pollution et à s’adapter aux changements environnementaux déjà en cours, provoqués par le réchauffement climatique. On a annoncé une contribution de 100 milliards de dollars par an à partir de 2020 pour cet objectif.

L’Islande suit la stratégie des pays de l’UE avec une réduction de 40 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, par rapport à 1990.

Environ 40 000 personnes assisteront à la conférence, venues de tous les pays du monde : des scientifiques, des responsables gouvernementaux, des passionnés de l’environnement, des ministres et des chefs d’État. Parmi les représentants islandais il y a le Président Olafur Ragnar Grimsson, le Premier ministre Sigmundur David Gunnlaugsson la ministre de l’Environnement Sigrun Magnusdottir et le Ministre des affaires étrangères Gunnar Bragi Sveinsson. La conférence finira le 11 décembre.

D’énormes préparatifs ont eu lieu avant la conférence et on considère que les Français se sont acquittés dans le moindre détail de leurs responsabilités d’organisateur.

Après les attentats terroristes à Paris, il y a un peu plus de deux semaines, on a entendu des voix disant que le plus raisonnable était de reporter la conférence. On a décidé de ne pas le faire, et le nombre de participants a augmenté. Philippe O’Quin dit qu’on peut l’interpréter comme un soutien aux Français et une expression de solidarité générale pour un pays qui s’oppose aux terroristes qui veulent détruire une société libre et démocratique. « Nous ne nous laisserons pas intimider, nous n’abandonnerons pas la vie que nous choisissons », a déclaré l’ambassadeur.

Philippe O’Quin a été activement impliqué dans la promotion de la conférence ici. Il a rencontré des étudiants à l’Université d’Islande avant le week-end dernier et il a assisté à la réunion à Hofdi récemment, où ont été présentés les annonces d’un certain nombre de sociétés islandaises dans une déclaration commune dans laquelle elles s’engagent à se fixer des objectifs en matière d’ affaires climatiques et à prendre des actions par la suite. Dans un discours prononcé lors de cette réunion, l’ambassadeur a exhorté les entreprises à rejoindre l’initiative, parce qu’une telle déclaration et une telle initiative des entreprises étaient en ligne avec ce qui se fait partout dans le monde.

Interrogé pour savoir si les tensions récentes dans les affaires internationales risquaient de détourner l’attention des enjeux de la conférence climatique, l’ambassadeur a répondu qu’il ne croyait pas que c’était ce qui allait se passer. De nombreux problèmes contemporains, y compris celui de l’augmentation colossale du nombre des réfugiés, étaient aggravés par les changements environnementaux mondiaux. Les dirigeants des pays du monde ont compris que si on ne prenait pas des contre-mesures, de plus en plus de monde serait contraint de fuir de son territoire et devenir migrants. Il fallait éviter ce scénario.

Dernière modification : 30/11/2015

Haut de page