Le mot de l’ambassadeur [is]

L’année 2016 a été éclairée par quelques heureuses nouvelles, comme l’épopée de la « petite » Islande à l’Euro 2016, mais plus souvent assombrie par des drames -attentats terroristes en Europe et massacres au Moyen-Orient - ou marquée par des surprises, comme l’élection de Donald Trump aux États-Unis d’Amérique, le Brexit au Royaume-Uni, et, plus près de nous, le changement imprévu de Gouvernement et les élections anticipées en Islande.
JPEG
Dans ce contexte international caractérisé par la montée des incertitudes, les relations franco-islandaises, replacées à leur meilleur niveau par la visite du chef de l’État en octobre 2015, restent stables et solides. Enracinés dans des souvenirs communs ravivés par la commémoration en septembre 2016 de la disparition au large de l’Islande du Commandant Charcot, nos échanges se développent dans plusieurs directions : forte augmentation des flux commerciaux dans les deux sens, escales régulières des bâtiments de la Marine nationale et des navires de recherche scientifique, échanges d’étudiants et de chercheurs, missions croisées des villes de Reykjavik et de Strasbourg, augmentation du nombre de touristes, dans les deux sens, mais aussi du nombre de Français résidents en Islande…
JPEG
Le Festival du film francophone -FFF- sera, comme les années précédentes, le premier événement de notre programme d’actions : organisé à partir du 27 janvier à Reykjavik (Haskolabio) puis Akureyri par l’Alliance française et l’Ambassade, le festival permettra de découvrir (ou revoir) une large sélection de films francophones. L’édition 2017 du FFF sera exceptionnelle : un prix « Solveig Anspach » y sera en effet lancé, en hommage à la réalisatrice islandaise disparue en août 2015, quelques mois après avoir participé à l’édition 2015 du FFF, et alors qu’elle achevait « l’effet aquatique ». Son dernier film a été présenté au Festival de Cannes 2016, et projeté, avec le même succès, à Reykjavik dans le cadre du « RIFF ». Au-delà des hommages rendus dans le cadre du FFF et du RIFF en 2016, nous avons voulu, en créant un prix à son nom, garder le souvenir d’une réalisatrice qui incarnait les liens entre nos deux pays.

En partenariat avec la Mairie de Reykjavik et avec les producteurs et les distributeurs de S. Anspach, l’Alliance française et l’Ambassade de France ont donc souhaité remettre chaque année, dans le cadre du FFF, un trophée dessiné par l’artiste Mireya Samper, elle-même biculturelle, à un court-métrage réalisé en français ou en islandais par une réalisatrice islandaise ou francophone. Un jury, présidé par la réalisatrice Kristin Johannesdottir, elle aussi islandaise et francophone, sélectionnera le court-métrage qui sera montré lors de la cérémonie de remise du prix le 2 février 2017.
JPEG
En espérant voir ou revoir beaucoup d’entre nos lecteurs à l’occasion du FFF et de la remise du prix Solveig Anspach, je vous adresse tous mes vœux à l’approche des fêtes de fin d’année.

Dernière modification : 21/12/2016

Haut de page