Le Mot de l’Ambassadeur [is]

Ce mot de l’Ambassadeur clôt une mission de trois ans en Islande, entamée en octobre 2014, et qui s’achèvera le 30 septembre.

Cette période aura été marquée par le succès de la visite officielle du Président de la République, en octobre 2015, qui est venue densifier des relations depuis longtemps excellentes, car elles s’enracinent dans des souvenirs communs et sur des intérêts partagés.

Au-delà de la mémoire des pêcheurs d’Islande, encore très présente et visible dans les anciens hôpitaux français, la culture reste au cœur de notre dialogue avec l’Islande, pays qui, comme la France, se définit largement par sa langue et sa littérature. La promotion du français et de la création artistique française reste donc au cœur des missions de l’Ambassade et de l’Alliance française, qui veillent à préserver les programmes de coopération (bourses, cofinancements de projets scientifiques) tout en prenant de nouvelles initiatives, comme le prix Solveig Anspach lancé lors du dernier Festival du film français.

La proximité de vues sur de nombreux sujets nous a également rapprochés au cours de ces dernières années, à l’exemple de la collaboration sur le rôle des énergies renouvelables dans la lutte contre le changement climatique. Notre partenariat, noué lors de la conférence de Paris (COP 21) en décembre 2015, a été depuis prolongé par la coopération industrielle sur le terrain entre nos entreprises de géothermie, dans le cadre d’un accord passé entre les clusters des deux pays.

L’Arctique est un autre sujet d’intérêt commun, sur lequel la France a l’an dernier précisé son analyse et ses ambitions dans une feuille de route arctique, qui fut le dernier grand « chantier » de Michel Rocard, qui avait auparavant accompagné la création et la montée en puissance de l’Arctic Circle.

La présence française s’est régulièrement renforcée en Islande. Notre communauté a dépassé les 500 membres : elle continue à se distinguer par sa parfaite intégration dans la société islandaise comme par son attachement à la France, bien illustrée par la participation exceptionnelle aux récents scrutins. Nos produits sont également davantage présents sur le marché. Après la chute des exportations provoquée par la crise, nos ventes, qui ont augmenté de 50 % au cours des 3 dernières années, sont revenues au niveau antérieur, sans comptabiliser les ventes d’Airbus à Wow Air ! Stimulé par l’exceptionnelle popularité de l’Islande en France, le tourisme s’est également développé à grande vitesse. Dans un domaine différent, les escales de la Marine nationale se sont multipliées, preuve de la nouvelle importance géostratégique accordée à la région, mais aussi de l’attachement de la France à sa vocation maritime.

Au-delà de ces évolutions encourageantes, je garderai cependant surtout le souvenir des échanges avec les Islandais, directs et chaleureux, de leur intérêt pour notre pays et de leur sympathie quand la France a été frappée par le terrorisme. Je garderai aussi la mémoire des Islandais francophones qui servent de « passeurs » entre nos deux cultures, et c’est évidemment la personnalité de Sigurdur Palsson que je veux encore saluer.

Gudni Th. Johannesson, Président de la République islandaise, a remis l'Ordre du Faucon à Philippe O'Quin avant son départ.
L'Ambassadeur, Philippe O'Quin, et sa femme, Séverine O'Quin, devant la Résidence de France.
L'Ambassadeur et le personnel de l'Ambassade (à l'exception du consul, qui se trouvait à l'étranger) lors du dernier jour de travail de l'Ambassadeur.

Dernière modification : 03/10/2017

Haut de page